Pourquoi les banques centrales semblent impuissantes face au coronavirus

Les Bourses continuent leur descente aux enfers, insensibles aux actions décidées par les banques centrales du monde entier. C’est la première fois depuis la crise des subprimes de 2008 que les grands argentiers du monde semblent démunis.

Rien n’y fait. Le Covid-19 semble plus fort que les banques centrales. Elles ont beau sortir l’artillerie lourde pour essayer de calmer la panique boursière, les marchés financiers continuent leur dégringolade. Ainsi le Dow Jones, le principal indice de la Bourse de New York, connaissait, lundi 16 mars, sa plus forte chute depuis le “lundi noir” de 1987, alors même que la Réserve fédérale annonçait des nouvelles baisses des taux et des facilités de paiement.

Même scénario en Europe, où la Banque centrale européenne (BCE) semble incapable d’enrayer la tendance baissière des places financières du Vieux continent. Peu après l’annonce d’une action commune de plusieurs banques centrales pour injecter des fonds dans l’économie, le CAC 40, l’indice de la Bourse de Paris, réagissait en tombant à son plus bas niveau depuis la crise de la zone euro du début des années 2010.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *