L’IMPORTANCE DE L’ÉDUCATION

L’éducation est l’art de former, d’enrichir une personne en développant ses capacités physiques, intellectuelles et morales, de l’initier à des domaines de connaissances, à une activité ou à une discipline particulière. Elle est aussi un comportement, la connaissance pratique des bonnes manières de la société. Pour la religion, l’éducation est un aspect très important, en réalité le plus important pour la personne humaine ; elle est le fondement sur lequel se repose la communauté, le moyen de transmission des valeurs et des principes chers au vivre en commun. Pour l’Islam, l’éducation évoque la culture, la discipline, l’action de faire croître, de faire grandir et plus loin, de nourrir la raison mais aussi l’âme. Son objectif est d’octroyer la personnalité, de parfaire par l’harmonisation de toutes ses entités, l’être humain. La relation de l’homme à Son Créateur, le respect de Ses Paroles et l’accomplissement du culte, confèrent à l’éducation une forte empreinte transmise à l’enfant dès son plus jeune âge. En effet, les valeurs fondamentales de l’Islam inculquées à l’enfant auront l’effet remarquable d’engendrer l’harmonie au cours de sa vie. L’étape de l’enfance étant cruciale, l’Imam Ghazali RA affirmera que « l’enfant est un dépôt confié aux parents, son âme pure est une substance précieuse, innocente, dépouillée de toute inscription ou image. Elle reçoit tout ce qu’on y grave, elle s’incline là où on l’incline ». D’aucuns considèrent que la Charia, fondement de l’éthique issue de l’exégèse du Coran et du corpus prophétique, n’est pas rationnelle, qu’elle est d’un syllogisme inapproprié aux philosophies européennes ; d’autres, par ailleurs, la considèrent plus comme une menace qu’un espoir, n’étant qu’intolérance et fatalisme pour la conscience collective occidentale. Egalement, elle représente une menace aux systèmes de valeurs et conception de l’existence des occidentaux.
L’Islam constitue une des plus grandes richesses culturelles et religieuses de l’humanité. Démontré par Monsieur Marcel Boisard dans un important ouvrage intitulé « l’humanisme de l’Islam », le droit musulman, ayant déjà provoqué l’éveil d’une conscience juridique médiévale, est en mesure d’apporter une contribution essentielle à la mise à jour du droit international grâce à des dispositions protégeant les droits de l’Homme.
Par ailleurs, l’éducation préoccupe les sociétés au plus haut point et chaque civilisation a sa version sur ce sujet majeur, des convergences et divergences existent. Toutefois, tout le monde s’accorde aujourd’hui à reconnaitre que l’éducation détermine le niveau de qualité des citoyens, le niveau de développement et le projet de société. Celle musulmane se caractérise par la voie du juste milieu aujourd’hui dévoyée par les extrémistes. L’Islam, en effet, produit un citoyen équilibré, compétent et vertueux, un modèle qui demande cependant quelques fondamentaux à savoir l’éthique, l’humanisme, le respect de la vie, de l’altérité, la diversité des opinions, des cultures et du monde et les spiritualités. Réussir
le système éducatif est une responsabilité partagée par les pédagogues, les parents, la société civile, l’Etat, la classe politique et les élites, à condition de ne pas nier les aspects liés à l’identité de chacun, ni de marginaliser ou d’exclure les autres aspects qui constituent l’être humain.
Le Prophète Mouhammad PSL est venu pour éduquer et cette éducation doit permettre la recherche libre, publique et commune du Bien, du Beau et du Juste qui déterminent tous les domaines de la société. La construction d’un destin commun consiste à allier l’esprit scientifique et la spiritualité, les valeurs locales à celles universelles, sans les confondre. Aujourd’hui la
connaissance semble divisée entre deux approches qui s’opposent et
pourtant complémentaires selon l’Islam : d’un côté, l’éducation aux
valeurs de l’esprit, au fait religieux, à la culture spirituelle et à la théologie ; de l’autre, l’éducation par la
raison, l’observation scientifique,
du calcul et de la démonstration.
Ainsi, l’éducation musulmane vise
non seulement toutes les dimensions de l’être humain, mais l’exige
plus encore. L’Islam est une immense communauté d’un bout à
l’autre bout du monde et particulièrement dans des régions en pleine
croissance où la population est majoritairement jeune. Il réunit des
hommes et des femmes de milieux
sociaux et de cultures fort variés. Il
existe dans les Etats et est reconnu
par ailleurs comme religion d’Etat
par certains régimes politiques.
L’Islam est unique et se fonde essentiellement sur le Livre Saint, le
Coran, qui occupe une place capitale dans la vie personnelle et collective de tout croyant. Le musulman doit témoigner d’un rapport
au monde fondé sur la connaissance temporelle et spirituelle :
des sciences et pratiques logiques
pour maitriser le monde et en
même temps connaître la spiritualité, loi et réalité ultime, les bonnes
mœurs, les règles de bienséance et
le souci de l’excellence.
L’éducation a pour finalité d’humaniser, de conduire progressivement
le « cheminant » au degré de l’équilibre intériorisé pour acquérir des
connaissances et accéder au vivre
en commun. Pour y accéder, l’être
humain doit suivre la voie médiane,
du juste, de l’équité, de la noblesse,
de l’excellence, de la droiture et la
rectitude. En cela, l’Islam constitue le meilleur rempart contre les
postures extrémistes, de la fermeture intégriste et fondamentaliste,
du matérialisme, du rigorisme, du
laxisme, de l’individualisme et du
communautarisme.
L’éducation musulmane enseigne
comment se connaitre soi-même
et l’éducation réussie, pour l’Islam,
responsabilise la personne et l’incite à toujours faire son examen de
conscience, à revisiter sa manière
d’être et d’agir envers ceux qui l’entourent. Le Prophète Mouhammad
demeure le meilleur exemple à
suivre pour parfaire l’éducation.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *