Le chef de l’ONU considère le COVID-19 comme la crise la plus difficile depuis la Seconde Guerre mondiale

Le secrétaire général des Nations Unies, Antonio Guterres, a déclaré mardi que la pandémie de COVID-19 est la crise la plus grave depuis la Seconde Guerre mondiale car elle menace le monde entier.

La pandémie “constitue une menace pour tous dans le monde et … elle a un impact économique qui entraînera une récession qui n’a probablement pas d’équivalent dans le passé récent”, a estimé M. Guterres lors du lancement virtuel du rapport des Nations Unies “Responsabilité partagée, solidarité mondiale : Répondre aux impacts socio-économiques du COVID-19”.

“La combinaison des deux faits et le risque qu’elle contribue à accroître l’instabilité, les troubles et les conflits sont des éléments qui nous font croire qu’il s’agit en effet de la crise la plus difficile que nous ayons connue depuis la Seconde Guerre mondiale. Elle nécessite une réponse plus forte et plus efficace qui n’est possible dans la solidarité que si tout le monde se rassemble, si nous oublions les jeux politiques et si nous comprenons que c’est l’humanité qui est en jeu”, a expliqué le chef des Nations Unies.

Faisant remarquer qu’il a été en contact avec les dirigeants mondiaux au sujet de la pandémie, le secrétaire général a affirmé : “Nous sommes de plus en plus conscients que nous sommes dans cette situation ensemble et que nous devons en sortir ensemble”.

“Le problème est de trouver les moyens pratiques de le faire”, a souligné M. Guterres, notant qu’il est essentiel d’agir rapidement.

“Nous avançons lentement dans la bonne direction, mais nous devons accélérer, et nous devons faire beaucoup plus si nous voulons vaincre le virus et si nous voulons soutenir les personnes dans le besoin”, a-t-il ajouté. F

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *