EXPOSÉ SUR LA VIE ET LES OEUVRES DE SEYDA ROKHAYA IBRAHIM NIASS:

I•) BIOGRAPHIE DE SEYDA ROKHAYA IBRAHIM NIASS :

  1. SEYDA ROKHAYA IBRAHIM NIASS est la première femme noire à écrire un livre en
    Arabe. Née en 1931 à Kaolack (Sénégal), le jour où son père CHEIKH IBRAHIM
    NIASS, plus connu sous le nom de BAYE NIASS, a fondé MADINA BAYE chef de
    file dans tous qui avait trait avec l’islam de près ou de loin et disait “djiguéne dou
    sangntj deukk ». Avec des adeptes mais aussi des étudiants dans tout les pays
    d’afrique et du monde. Elle à étudié le coran dans la ville de MEDINA BAYE puis
    après sa mémorisation du coran elle à commencée à étudier les sciences
    islamiques. L’étude s’est terminé par un certificat en tawhid,en grammaire,en
    littérature arabe,en théorique et en jurisprudence islamique.Avec son œuvre :
    « HUQUQ AL MARATI AL ISLAM » (rights of women in Islam en anglais et droits de
    la femme musulmane en français) publiée en 1968 et traduite en anglais par
    MOUHAMAD HANI de New York City en 2006, elle traite du respect des droits de la
    femme dans la religion musulmane. Elle fut sollicitée plusieurs fois par les Nations-
    Unies et la fondation du Président américain Jimmy Carter pour parler du respect et
    du droit des femmes.
    Sa mère SOXNA AMY NIANG était la fille de SHEIKH AHMAD NIANG, grand interprète du
    Coran et successeur de SHEIKH HADI NIASS.
    Elle s’est marié à OMAR ROKHY NIANG fils de MAME ABDOU niang qui était un disciple de
    BAYE
    SEYDA ROKHAYA IBRAHIM NIASS leader islamique responsable du centre éducatif AL
    NADJAH a, dans son ouvrage intitulé “commandements prodigués à la fille musulmane”,
    dit : « Dite à la fille femme musulmane de suivre l’exemple de la mère des croyants
    SEYDATOUNA AÏCHA (radiyalahou anha wa ardaha) ou des femmes musulmanes du début
    de l’Islam qui avaient appris à réciter le Coran, à lire et à écrire, et à étudier les sciences
    religieuses.
    Le PROPHÈTE (sala lahou aleyhi wa Salam) disait : “étudiez la moitié de la religion auprès
    de AÏCHA. »
    SEYDA ROKHAYA conseillait aux femmes de ne pas étaler leur nudité et ajoute qu’après
    ses études à l’école, la femme doit apprendre à faire la cuisine, à laver et à repasser le
    linge.
    II•) LES OEUVRES DE SEYDA ROKHAYA IBRAHIM NIASS
    SEYDA ROKHAYA IBRAHIM NIASS fut la première femme à écrire un livre en arabe en
    Afrique occidentale. Il est à noter qu’elle a écrit en arabe plusieurs livres notamment :
  • en 1968, « Alerte de la fille musulmane dans la religion et la vie »,
  • en 1969, sa facilité à la compréhension de la religion, des garçons et filles africains
    est inédite, son objectif, rapprocher l’Islam à la jeunesse africaine.
  • en 1975 « LE POINT DE VUE DES FEMMES SUR L’ISLAM », un livre qui montre ce
    que l’Islam a apporté aux femmes en général.
    Elle a eu à recevoir de son père SHEIKH AL ISLAM BAYE NIASS une lettre lui disant qu’elle
    est arrivée à un niveau élevé dans la religion (la lettre est dans les archives à Médina Baye).
    Son père BAYE NIASS lui permit de voyager dans le monde. Sheikh Ibrahim Niass lui avait
    aussi donné un diplôme qui lui permettait d’utiliser tous les secrets de la Tarikha Tidjaniya,
    elle fut aussi autorisée par son père de partir en Ghana pour convertir plusieurs personnes

en Islam et c’est encore elle qui a fait pleurer SHEIKH IBRAHIM NIASS sous une tente en
récitant le coran.
Elle a enseignée dans une école coranique établie à MEDINA BAYE en 1956 où elle
enseigne à des centaines de jeunes musulmans garçons et filles africains en particulier
sénégalais à l’éducation islamique,du coran,a la jurisprudence islamique et à la biographie
du PROPHÈTE(PSL).Elle a créé une école coranique dans la ville paï à kaolack et de
sangok dans la province de fatick ainsi qu’un établissement d’enseignement franco-arabe
dans le village de nadarong qui est conforme aux dispositions du ministre de l’éducation du
Senegal. Cette institution s’appelle le CENTRE “AL NAJAHMUM ESTANG”ce centre
comprend un département et une école primaire.
Elle était une digne conférencière en Europe notamment en Angleterre (Londres), en Italie
(Naples), en Espagne (Grenade), en Suède (Stockholm), en France (Paris) et en Allemagne
(Berlin) ; en plus de plusieurs sessions de sa terrasse au Sénégal pour célébrer
l’anniversaire du PROPHÈTE MOUHAMMAD (PSL) en particulier celle organisée chaque
année dans la ville de Sangaku.

III•) CONCLUSION
En définitive, SEYDA ROKHAYA IBRAHIM NIASS est un exemple à suivre, un modèle
parmi tant d’autres comme MAME ASTOU DIANKA,SAYDA MARIAMA NIASS,MAME
DIARRA BOUSSO, MA FAWADE WELE enter autres qui ont œuvré pour les femmes et
pour l’humanité. L’Islam attribue à la femme sa dignité, un respect sans commune mesure
contrairement aux concepts modernes et/ou contemporains de liberté, d’égalité, de
démocratie, de droits de l’Homme et de la femme. Seyda Rokhaya en est une preuve.
Respecter les préceptes de l’Islam à travers celles qui les ont défendus et qui les défendent
aujourd’hui est la voie qui mène au salut, à la prospérité et au développement humain.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *