En Côte d’Ivoire, la mort du premier ministre rebat les cartes de la présidentielle

Successeur désigné du président Alassane Ouattara, Amadou Gon Coulibaly a été victime d’un malaise cardiaque à Abidjan, mercredi.

Lui qui avait tant fait pour donner l’image d’un travailleur toujours à la tâche aurait peut-être aimé cette fin. Le premier ministre ivoirien, Amadou Gon Coulibaly est mort le 08 juillet 2020, après avoir participé à un dernier conseil des ministres, présidé par l’homme qu’il a toujours servi, Alassane Ouattara, et qu’il ne remplacera jamais.

Victime d’un malaise puis transporté dans une clinique d’Abidjan, il s’est éteint dans l’après-midi, laissant « la Côte d’Ivoire en deuil », selon le communiqué de la présidence, et le chef de l’Etat orphelin de celui qui fut « pendant trente ans [s]on plus proche collaborateur », au point de l’avoir désigné comme son successeur.

En rentrant à Abidjan le 2 juillet, après deux mois d’hospitalisation à Paris, Amadou Gon Coulibaly, âgé de seulement 61 ans, espérait faire taire les doutes sur sa santé, se déclarant « en forme » dès sa descente d’avion et prêt à « prendre [s]a place aux côtés du président, pour continuer l’œuvre de développement et de construction de notre pays ». Ces interrogations ne l’ont jamais quitté depuis sa greffe du cœur en 2012, mais elles ont violemment ressurgi début mai lorsque le premier ministre s’est envolé pour la France, officiellement pour un simple « contrôle médical », alors que les frontières des deux pays étaient fermées en raison de l’épidémie de Covid-19. Il s’agissait en fait de lui poser un stent et les « quelques semaines de repos » se sont transformées en deux mois d’absence, dus notamment à des complications ayant nécessité une nouvelle hospitalisation à la Pitié-Salpêtrière (Paris).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *