Coronavirus : La situation épidémique est «extrêmement grave» à Pékin

Plus d’une centaine de personnes ont été contaminées depuis la semaine dernière dans la capitale chinoise, où les autorités se disent dans une «course contre la montre» contre une deuxième vague.

En régression en Europe où les frontières intérieures ont été rouvertes, le nouveau coronavirus resurgit en Chine où la situation à Pékin a été jugée «extrêmement grave», mardi 16 juin, par les autorités de la capitale chinoise. Celles-ci ont décidé de fermer à nouveau toutes les écoles et universités de la ville et ont exhorté les habitants à éviter les voyages «non essentiels» en dehors de la ville.
Dans le monde, au moins 8 millions de cas d’infection au Sars-CoV-2, parmi lesquels 436 mille 813 décès, ont été officiellement recensés, dont plus de la moitié en Europe et aux Etats-Unis, selon un comptage réalisé par l’Agence France-Presse (Afp) à partir de sources officielles mardi 16 juin à 11 heures.
Le nombre de cas détectés a doublé depuis le 10 mai, et plus d’un million de nouvelles infections ont été recensées ces huit derniers jours. Ces bilans ne représentent toutefois qu’une fraction du nombre réel de contaminations, la plupart des pays ne testant que les cas graves ou ne disposant que de capacités de dépistage limitées.

Nouveaux cas
de contamination
à Pékin
A Pékin, plus d’une centaine de personnes ont été contaminées par le Covid-19 depuis la semaine dernière (106 au total, dont 27 entre lundi et mardi). La situation épidémique dans la capitale chinoise est «extrêmement grave», a averti un porte-parole de la mairie, Xu Hejian, se disant engagé dans une «course contre la montre» contre le virus : la capitale doit «toujours avoir une lon­gueur d’avance sur la pan­démie et prendre les mesu­res les plus strictes, décisives et détermi­nées».
Les derniers chiffres ont poussé les autorités à décréter mardi la fermeture de toutes les écoles et universités de Pékin et à demander aux habitants d’éviter les voyages «non essentiels» en dehors de la ville.
«Toute personne qui doit vraiment quitter Pékin devra fournir un certificat attestant d’un test négatif réalisé lors des sept derniers jours», a averti Chen Bei, la secrétaire générale adjointe de la mairie. Les habitants de zones classées «à risque moyen ou élevé», c’est-à-dire les plus touchées par le Covid-19, sont eux interdits de sortie de la ville, a-t-elle précisé.
Cette reprise de la pandémie est partie du gigantesque marché de gros de Xinfadi, l’un des plus grands d’Asie, où le virus a été détecté la semaine dernière. Depuis, quatre autres marchés de la capitale ont été fermés (totalement ou partiellement) et une trentaine de zones résidentielles environnantes ont été placées en quarantaine. Métropole géante de 21 millions d’habitants, Pékin a entrepris le dépistage de dizaines de milliers d’habitants, portant sa capacité quotidienne de tests à plus de 90 mille personnes.
Les autorités ont également décidé de refermer les sites sportifs et culturels qui venaient de rouvrir leurs portes. Et des villes chinoises ont annoncé la mise en quarantaine des voyageurs en provenance de Pékin. Les autorités ont, par ailleurs, appelé les habitants de la capitale à ne pas quitter la ville.
Alors que ce regain épidémique suscite la crainte d’une «deuxième vague», l’Organi­sation mondiale de la santé (Oms) a déclaré lundi suivre «de très près» la situation à Pékin et évoqué l’envoi possible d’experts supplémentaires dans les prochains jours.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *